Naviguez sur le Belem !


Un voilier d'exception

Cliquez sur l’image pour accéder au site

LE TROIS-MÂTS BELEM, UN VOILIER D’EXCEPTION
Prestigieux témoin du patrimoine maritime français, le Trois-mâts Belem, classé monument historique, est l’un des plus anciens grands voiliers naviguant au monde.
Construit par les chantiers Dubigeon à Chantenay sur Loire, il est mis à l’eau le 10 juin 1896. Le trois-mâts barque Belem était à l’origine un navire marchand : il réalisa à ce titre 33 campagnes au commerce de 1896 à 1913. Il était recouvert à l’époque d’un seul pont principal doté de claires-voies donnant accès à une cale de 1500 m3 dans laquelle pouvaient être entreposées jusqu’à 650 tonnes de denrées et marchandises diverses, essentiellement du cacao d’Amazonie puis du rhum et du sucre des Antilles. La cuisine était la seule structure apparente sur le pont.
Racheté en 1914 par le Duc de Westminster, il fut alors transformé en yacht de plaisance et doté de moteurs. Il prit à cette époque l’apparence qui est pour l’essentiel celle qu’il a conservée jusqu’à nos jours, notamment avec les balustrades très caractéristiques qui ornent la dunette à l’arrière du navire.
A l’origine (1896) la coque du navire était noire avec un liseré doré. Lorsque les armements Demange Frères le rachètent en 1906, ils créent une fausse batterie (coque grise, faux sabords noirs). L’apparence actuelle du navire date de Westminster.
Les mâts aujourd’hui en acier étaient à l’origine en bois ; seul le beaupré était en acier dès l’origine à la demande de Monsieur Crouan. Remplacé en 1914 il est à l’heure actuelle un peu plus court que lors de la construction du navire.
Enfin, les superstructures du pont principal ont été installées, s’agissant du grand roof, à l’époque Westminster (1914), et du petit roof, à l’époque Guiness (après 1921) : le petit roof et le grand roof ont été rattachés l’un à l’autre pendant la période italienne. La timonerie, édifiée sur la dunette, date de 1984.
Navire marchand, yacht de plaisance, puis navire école, le Belem a tout au long de son histoire et de ses changements de destination conservé une apparence proche de celle de ses origines : aujourd’hui, et conformément à l’option retenue par la Fondation lors de la restauration du navire au début des années 1980, il a conservé dans sa présentation les apports de toutes les époques de son exceptionnelle carrière.